Seul ? - Pas tout seul !
par T. Austin-Sparks

(Traduit par Paul Armand Menye)

De "Ce ministère" - Messages donnés à Honor Oak - Volume 3

Publié pour la première fois dans le magazine "A Witness and A Testimony", Sep-Oct 1947, Vol 25-5

"Je suis resté, moi seul, prophète de l'Éternel" (1 Rois 18:22).
"Il ne reste que moi, moi seul," (1 Rois 19:10,14).
"Je laisserai cependant sept mille hommes en Israël, tous ceux qui n'ont pas fléchi les genoux devant Baal" (1 Rois 19:18).
"Il en rassembla... sept mille" (1 Rois 20:15).
"Elie... un homme de mêmes passions (nature) que nous" (Jacques 5:17).

C'est une chose gracieuse que, dans le récit de la vie de ses serviteurs les plus utilisés et les plus représentatifs, le Seigneur n'ait jamais caché leurs faiblesses. La plupart des biographes semblent penser que cela nuirait à leurs sujets, affaiblirait le témoignage ou porterait atteinte à l'œuvre à laquelle ils ont été appelés s'ils s'attardaient sur leur nature humaine dans son côté le plus faible et soulignaient quand et où ils ont craqué. Il y a aussi une bonté erronée dans cette omission ; l'idée que, chacun de nous étant si défectueux, nous ne devrions jamais faire référence aux faiblesses des autres. Si la vie était vraiment glorifiante pour Dieu dans son ensemble, et si l'œuvre était vraiment une œuvre de Dieu, cela ne fait que rehausser la grâce de Dieu de montrer comment Il était avec, et a béni, des vaisseaux aussi humains et imparfaits, et aucune personne qui aime vraiment le Seigneur ne prendra ce fait pour couvrir et excuser des échecs répétés. En même temps, il est vrai que Dieu est le seul à avoir le droit de parler des faiblesses humaines, et tous ceux qui le font sous Sa direction doivent le faire avec une profonde humilité et crainte : la raison en est reconnue dans des cas aussi représentatifs que Moïse, Elie, David, Pierre, etc. Même dans le cas du Christ lui-même, bien qu'il n'ait pas succombé, ce facteur est resté valable, et dans son cas, le fait est clairement démontré. Ce facteur est le suivant :

Satan connaît notre moment de faiblesse et l'utilise

C'est lorsque le Maître avait jeûné pendant quarante jours et quarante nuits et qu'il avait faim que Satan est venu avec ses épreuves. Quels que soient les autres facteurs présents dans les cas d'Elie et d'autres, il ne fait aucun doute que l'épuisement physique et nerveux des expériences récentes offrait à l'ennemi lâche un terrain très prometteur pour son assaut. Lorsque Moïse a commis sa grande erreur au rocher, il est évident qu'il était un homme exténué, et bien que cette faiblesse soit pleinement mise à jour et que le résultat se révèle très pénible dans le temps, il n'a jamais été rejeté par la suite dans l'histoire comme un échec ; il était plutôt avec le Seigneur sur la montagne de la Transfiguration. David a conservé sa place d'honneur et de valeur dans les desseins divins, et son nom court jusqu'à la fin de l'Écriture avec la reconnaissance divine, malgré les chutes douloureuses qui l'ont accompagné. Il a souffert, c'est vrai, mais Dieu sait que dans la vie de ceux qui comptent pour Lui, il y a des forces à l'œuvre qui dépassent les faiblesses humaines ordinaires. Cela apparaît très clairement dans le cas de Pierre, dont le Seigneur a dit que le terrible échec était l'œuvre de Satan ; et il ne fait aucun doute que Satan connaissait le point faible et le moment de faiblesse de Pierre.

Nous devons cependant garder à l'esprit que, si les Écritures sur ces questions nous sont données pour notre réconfort et pour magnifier la grâce de Dieu, elles ne sont pas destinées à nous affaiblir ou à excuser notre faiblesse, mais à nous faire prendre conscience de la manière dont Satan peut prendre l'avantage, et à nous indiquer les points dangereux sur le chemin de l'utilité spirituelle.

Dans le cas d'Elie que nous avons devant nous, il y a une chose que nous voulons noter, et dont nous pensons que la notation sera une aide pour certains. Il s'agit de ceci : au moment de sa faiblesse, Satan a semé un mensonge dans l'esprit d'Élie, et Élie l'a accepté. Notre Seigneur a dit de Satan que "c'est un menteur, et son père" (Jean 8:44). Dans ce cas, il a engendré le mensonge selon lequel Élie était le seul prophète fidèle de Dieu restant en Israël. Il y avait de quoi faire pour cette semence. L'homme menait une bataille solitaire ; il labourait un sillon solitaire ; il marchait sur un chemin solitaire. Il n'y a aucun doute là-dessus.

La solitude fait partie du prix du leadership

Si nous cherchons à aller avec Dieu à un degré quelconque au-delà de ce qui est communément accepté comme une véritable vie chrétienne ; si nous sommes appelés à ouvrir la voie à toute nouvelle avancée dans la vie spirituelle ou le service divin ; si nous recevons une vision de la volonté et du but de Dieu qui n'est pas perçue par la masse générale du peuple de Dieu - ou même par le plus grand nombre des serviteurs de Dieu - notre chemin sera solitaire.

Il existe de nombreuses autres façons de ressentir la solitude. Ce peut être pour des raisons géographiques, ou à cause d'une expérience intérieure par laquelle nous passons, une expérience ou une phase qui ne peut être partagée par un autre, même le plus proche de nous. Toutes ces raisons et d'autres peuvent respectivement devenir notre "désert" dans lequel Satan vient, et, bien qu'il y ait une occasion de base, son affaire est de pousser les choses dans le domaine supplémentaire de la contre-vérité et de nous dire que nous SOMMES réellement et totalement seuls. Il n'est pas rare qu'il dise à un enfant de Dieu que Dieu l'a abandonné.

Élie croyait sincèrement qu'il était le seul à rester fidèle à Dieu, et il a répété plusieurs fois sa plainte : "Il ne reste que moi." Il avait perdu de vue la possibilité que les prophètes dont Obadiah avait rapporté qu'ils avaient été cachés étaient peut-être encore dans cette fidélité souterraine, ou du moins certains d'entre eux. Mais le Seigneur savait mieux que lui et lui a parlé de sept mille saints non soumis qui ne capituleraient pas devant Jézabel ou Baal. Le fait est que ce qu'Elie croyait n'était absolument pas vrai. Si nous regardons les choses horizontalement, nous ne verrons pas grand-chose, mais si nous regardons depuis le ciel, nous verrons beaucoup plus.

Eh bien, quelle est la réponse ? Premièrement, l'amour du Seigneur a pris toute la mesure de la fragilité humaine avant même de nous appeler à Lui, et par conséquent cet amour, qui est omniscient, n'abandonne pas parce qu'il tombe sur quelque chose d'imprévu et de non prévu.

Deuxièmement, le Seigneur ne demande rien de plus qu'un cœur envers Lui-même. C'est la base sur laquelle Il ira de l'avant. Seules l'incrédulité et la désobéissance positives, définitives et persistantes feront dire au Seigneur : " Écoute, mon enfant, je t'aime et je veux continuer avec toi, et je continuerai si seulement tu me fais confiance et me réponds. Mais nous ne pouvons pas continuer tant que tu ne t'es pas ajusté ; nous devons rester ici et attendre cela."

Troisièmement, s'il est vrai que le Seigneur ne quitte ni n'abandonne les siens, il est également vrai qu'ils ne sont pas seuls en ce qui concerne les autres membres du Seigneur. Il y a le fait, tout à fait indépendant de l'enseignement, que le corps est un, et qu'il a plusieurs membres (1 Cor. 12:12). Ce fait ne dépend pas de la doctrine, c'est simplement un fait. De plus, il est constitué par le Saint-Esprit lui-même. Il est l'Esprit d'unité ; il y a "la communion du Saint-Esprit", c'est-à-dire la communion des croyants dans et par le Saint-Esprit. Il y a toujours des croyants qui prient pour "tous les saints", dont la grande majorité leur est totalement inconnue dans ce monde. Si nous prenions position sur le fait de Dieu à ce sujet, et, par la foi, prenions la valeur de "toute prière pour tous les saints", nous devrions trouver un merveilleux soulagement et un renforcement dans notre solitude.

Mais regardons en face le fait qu'une certaine mesure et un certain type de solitude seront liés à toute valeur particulière que le Seigneur a déjà, ou cherche à avoir, en nous, et nous devons accepter cela avec courage, en nous rappelant que s'il en était autrement, cette valeur particulière ne serait peut-être pas possible. Jésus a pu faire face à de nombreuses situations difficiles parce qu'il avait appris le secret de la solitude.

Source : ""Alone? - Not Alone!""